Praerie, Jean-Luc Marcastel

praerie
Merci aux éditions Scrinéo et à Livraddict pour ce partenariat.

Il faut souligner, en guise de résumé, la vidéo de Jean-Luc Marcastel disponible ICI, superbement mise en scène et originale.

Bien que j’aie peu été prise par ce roman, je vais tenter de vous en détailler les raisons.

A la lecture du 4ème de couverture, l’histoire me renvoie à des souvenirs de films et autres livres où les hommes côtoient le monde des insectes mais bien sûr, ce n’est pas parce que cela a déjà été utilisé que l’on ne peut l’évoquer à nouveau dans un livre et le faire bien, voire de présenter les choses sous un angle différent.
Je laisse donc cet aperçu de coté.

Le livre-objet est très joli, la typographie attrayante, et l’illustration bien en rapport avec le thème de la nature et fidèle à l’idée donnée par le résumé.
Un petit dossier est glissé avec le livre afin d’apporter des informations complémentaires sur l’ouvrage.
C’est là que je découvre que la lecture est adaptée aux enfants à partir de l’âge de 12 ans et largement relayée par les médias via les revues science et vie junior, je m’attends donc à un certain niveau scientifique.

Le début est assez déroutant car il y a beaucoup de termes codifiés qu’il faut aller découvrir dans les annexes ou dans le glossaire. Ceux-ci se situant en fin d’ouvrage, cela perturbe le rythme de lecture et est assez frustrant, d’autant plus qu’un mot amène à une définition qui elle même contient des mots codifiés qu’il faut encore déchiffrer. A peine l’exercice terminé, je peux reprendre la lecture la ou je l’avais laissée pour une ligne et de nouveau me voici à chercher une définition !
Frustrant je vous dit !
J’avoue avoir abandonné l’idée de suivre chaque redirection donnée par les multiples codes et ai poursuivi ma lecture comme une ignorante bienheureuse…Une suggestion serait d’avoir mis le glossaire à l’avant de l’ouvrage, ainsi d’ailleurs que le reste des annexes afin de permettre de se familiariser à ce monde « de dessous nos pieds » sans être sans cesse coupé dans la lecture…

Concernant l’histoire, je n’ai pas vraiment accroché… La langue locale est très vite démystifiée, et les intrigues peu crédibles.
On y présente les Sinks comme des prédateurs chez qui c’est « bouffer ou être bouffé ». Ok chez les insectes ce n’est pas les bisounours mais pour un ouvrage à tendance jeunesse, la scène de l’accouplement entre Lo’Hiss et la Douventre est assez choquante et peu adaptée à l’âge mentionné selon moi.
Il y a beaucoup de longueurs, des descriptions interminables rendant certaines scènes propice à l’égarement, alors que d’autres scènes auraient mérité qu’on s’y attarde beaucoup plus ( l’histoire de Séfan, et surtout la dernière partie que je me garderai de dévoiler évidemment …)

Il y a cependant de beaux messages véhiculés par cette histoire, celle de l’endoctrinement, que certains protagonistes remettront en cause au fil de leurs découvertes, et puis les différences de culture, la manière de traiter les femmes, la découverte des autres cultures mais j’avoue que cela n’a pas suffi à me convaincre d’attendre le second tome…

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Praerie, Jean-Luc Marcastel

  1. Contrairement à toi j’ai beaucoup aimé cette lecture, je n’ai pas trouvé de point négatif à ce livre. Par contre je suis d’accord avec toi quant à l’âge à partir duquel est conseillé le livre. 12 ans me parait jeune vis à vis de deux scènes, celle avec Lo’Hiss et la douventre comme tu l’as dis mais aussi celle des larves et des fillvolmort. Je suis étonnée que ce livre soit un livre jeunesse §

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s