Play boy, de Constance Debré

Voilà un livre qui m’aura donné du fil à retordre…
Disons le tout de suite, je n’ai pas aimé. Enfin … si … ?

 

26805468_746983468840129_4964962929725709048_n

 

 

Une fois passés la curiosité de l’accroche, et le défi de vouloir comprendre qui se cache derrière ce selfie-cliché, j’ai vite compris que ce serait quitte ou double avec ce « roman » entre autobiographie, fantasme et catharsis.

Dans un style récurent et de plus en plus commun qui veut qu’un texte soit écrit de manière brute, saccadée, en langage parfois cru, parfois banal, Constance Debré tente de nous emmener dans le quotidien d’une avocate quadra en découverte de son homosexualité. Et c’est là que le bas blesse … Tout est tellement cliché dans cette narration! Sincèrement, j’ai souhaité à plusieurs reprises que cela ne soit pas sa vie réelle, parce que c’est vraiment pénible !

Pénible pour sa considération du genre féminin, pour l’image des lesbiennes qu’elle va véhiculer auprès de la société alors que ce qu’elle décrit, ce n’est pas de l’homosexualité, c’est de la perversion pure et simple.

Il n’y a pas d’amour dans ce texte, tout n’est que haine, dégoût et provocation. Pour son être propre, mais aussi pour son héritage familial ou encore son métier d’avocate. Il n’est nul besoin d’épiloguer sur le fait que Madame Debré est issue d’une longue lignée aristocratique française… Une haine des pauvres aussi, de la société, de la vie. 
Alors OK ce n’est pas toujours facile d’être la fille ou petite fille de X, mais de là à cracher sur le reste de la société (dite les pauvres) c’est quand même un peu difficile à plaindre !

Bien que Stock vende le titre comme étant le premier roman de l’auteure, il n’en est rien. J’avoue que je ne suis pas allée lire les autres livres pour conforter mon désintérêt pour ce style tranchant qu’elle maîtrise tellement mal …

Mais attendez … Et si en fait, le but ultime de Constance Debré était de susciter le dégoût? D’induire chez le lecteur une certaine forme de révolte, de sentiment de colère ou que sais-je? De malaise? Se pourrait-il que Play Boy soit l’émergence parmi la multitude des titres dont on ne se rappellera pas ?

Une fois ce prisme envisagé, j’ai du me rendre à l’évidence, le pari était joueur mais réussi. Dans certaines interviews, on peu

t entendre ou voir Constance Debré dire à qui veut l’entendre que cette histoire part d’elle et n’est pas sur elle. Subtil salto de vocabulaire qui peut tout changer selon l’angle par lequel on aborde l’ouvrage.

Parce que l’humain c’est aussi ca, de la perversion, à dose variable, sous quota de bienseillance, de tabous. Et ici il n’y en a aucun de tabou. Et c’est du coup brillamment exprimé, c’est aussi coupant que la lame du carcan dont elle semble s’extirper. Se nourrissant de tous ces filtres généalogiquement imposés pour mieux exploser le bien commun.  C’est jeté à la gueule de tous ceux qui voudront bien le lire parce que c’est aussi ça, sa nourriture.

Et si c’était justement l’amour, la simplicité de l’existence, le normalisme et le lisse son tabou, à Constance Debré?

C’est sur cette interrogation que je reste et que je vous invite à vous faire votre propre avis.

Merci à Netgalley pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

2 commentaires sur “Play boy, de Constance Debré

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :