Cavale, ca veut dire s’échapper – Cali

414nVSZyjjL._SX316_BO1,204,203,200_

 

Dans Cavale, Cali nous raconte Bruno, un ado de 15 ans et sa bande de copains. Comme tous les ados, il traîne avec ses copains, rêve de célébrité en constituant un groupe de musique punk, et puis surtout … surtout, il aimerait bien vivre sa première fois !
Véritable obsession parfois, c’est à qui de ses potes servira le meilleur baratin pour prouver qu’il est devenu un homme …

Cali écrit Bruno comme il traverse l’adolescence. C’est syncopé, naïf, court et brut. L’écriture force le rythme rapide de ce rite de passage enflammé. Chaque sens en prend pour son grade, et côté son, ce sont les guitares des Clash et de U2 qui transcendent les oreilles du lecteur. Entre la France et l’Irlande, pays de coeur de Bruno, il n’y a qu’une corde … Celle de la musique punk !

Je voulais me péter la voix. La raboter. La salir, la punir. Comme Joe Strummer, le chanteur des Clash. Joe Strummer, celui qui attrape l’éternité avec les yeux. Oui, je voulais sa voix, oui, comme un bordel de talisman. Je voulais me plonger tout entier dans l’acide.

Le style est donc syncopé mais loin d’être dénué de sens. Pour tout dire, il n’y a pas de meilleure expression de ce qui se passe dans la tête d’un gamin de quinze ans. Et toute la ribambelle de sentiments qu’on se trimballe à cet âge apparaît dans un merveilleux bordel…

A 15 ans, la vie c’est trois choses : LES FILLES – LE ROCK – LES POTES.

On comprenait pas tout, mais à nos âges tout explosait autour et on ne demandait qu’une chose, exploser avec.

L’adolescence de Bruno c’est aussi des chocs, des accrocs et de la tristesse parfois. Dont une, à 6 ans. La pire de toutes… Des moments de poésie qui viennent comme un sparadrap sur l’écorchure d’un genou.

En moi maman était restée sublime. Jusqu’au bout. Même quand la maladie avait essayé de dégouliner son visage. Maman était restée sublime. Il me restait ça. Et alors je me suis souvenu, le sublime est un départ.

Je crois que personne n’a jamais mieux écrit l’adolescence que Cali dans ce roman. Quand on le lit, on y retourne. Ça chamboule, ça rappelle et ça fait remonter à la surface tous les aller-retours émotionnels de ce voyage vers l’adulte. Mais qui sait si on devient jamais vraiment adulte ?

Je n’étais plus un enfant, je n’étais pas encore un homme, j’étais une putain de catapulte sacrément efficace.

Pari réussi Monsieur Cali. Malgré les efforts que l’on fait pour se persuader d’être passé du côté des adultes, il y a toujours des petits clins d’oeil dans la vie qui nous ramènent à l’enfance.

Et je ne résiste pas à vous partager un extrait de ce qui me semble l’essence de ce roman.

Balafrer l’enfance, déchirer la confiance, ce lien magnifique que papa avait tissé les bras tendus autour de mon cœur d’enfant.
Et poignarder mes amis, mes frères dans le dos, les trahir. Trahir la misérable existence d’une misérable vie, une existence étouffée dans les peurs qui crèverait par le plafond. Partir, les laisser pour morts, à l’arrière de nos plus beaux rêves, plus beaux que ne seront jamais les leurs, les autres, les rêves si étroits des autres. Quitter le groupe, trahir mes frères. Je n’aimais pas ce que je pensais. Je détestais cette idée, Joe Strummer détestait cette idée. Je savais que la vie battait ailleurs, m’espérait, je ne le savais pas, je le croyais, à la vitesse où je devais battre, très vite, mon cœur.

Merci aux éditions Cherche Midi ainsi qu’à NetGalleyFrance pour m’avoir permis de découvrir ce titre et ce talent multiple qu’apporte Cali avec ce roman.

Cavale, ca veut dire s’échapper est paru aux éditions Cherche Midi.

 

2 commentaires sur “Cavale, ca veut dire s’échapper – Cali

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :