Les yeux de Zanele, Claire Sobert

les-yeux-de-zanele

Un premier roman réaliste et engageant.

Les yeux de Zanele, c’est au départ une enquête policière somme toute assez classique si ce n’est un détail, qui à notre époque ne devrait même plus être mentionné. Certains protagonistes sont homosexuels.

Claire Gabillaud, figure des nuits parisiennes, est appelée sur une scène de crime plutôt embarassante : sa rencontre de la nuit dernière gît sur le sol, figée dans une mort qui relève de la plus grande violence. Adjointe de son amie et collègue, elle ne va pas tarder à relier ce meurtre aux multiples suivants. Toutes des femmes. Toutes lesbiennes. La traque commence, le rituel du tueur également, mais si la minorité sexuelle est une piste, la discrétion en est le contre-pied et ce n’est pas sans difficulté que Gabillaud progresse dans son enquête, étant elle-même une cible potentielle…

Ancienne volontaire de solidarité internationale, Claire Sobert nous livre ici un fait assez méconnu de nos latitudes : le viol correctif. Revenue d’Afrique, elle met sous nos projecteurs de lecteur le viol et crime de cette jeune fille d’Afrique du Sud, sacrifiée en raison de ses préférences sexuelles. Et la France n’est pas épargnée par cette pratique, même si nous peinons à imaginer ce fait possible dans nos sphères culturelles soi-disant ouvertes. Les agressions homophobes augmentent sans cesse et personnellement je n’avais pas entendu parler de ce viol correctif avant ma lecture de Les yeux de Zanele.

Je n’ai pas une énorme bibliothèque LGBT, et je suis d’ailleurs très heureuse que les éditions KTM aient accepté ce partenariat qui me permet aujourd’hui de vous ouvrir à ce type de romans (merci Amélie pour votre confiance !)

J’ai apprécié la facilité de langage qui permet une lecture rapide et sans vocabulaire compliqué. Le but n’est pas de faire dans la littérature soutenue dans la forme, mais plutôt dans le fond, grâce au choix de son sujet. C’est la que Claire Sobert nous cueille. L’enquête c’est le prétexte. L’homosexualité de Gabillaud la porte d’identification. Le vrai plus, pour moi, c’est en Afrique qu’il se situe. Et elle nous le met brillamment sous les yeux.

Je vous invite à aller visiter le site de KTM éditions si vous souhaitez découvrir les autres titres de cette auteure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :