Belle de Nuit, Sonia Frisco

CVT_Belle-de-nuit_4877

 

J’ai abordé Belle de Nuit comme on découvre un écrin.

Passée la surprise du présent, le toucher du velours, promesse de douceur, est la réponse à l’attente et à l’interrogation que suscite le bijou.

Un grincement, une résistance ? Le bruit de la charnière dévoile enfin l’orfèvrerie, et se détaillent sous nos yeux les heures longues et minutieuses de l’artisan qui l’a chargé d’histoire et de tellement d’amour.

Ce roman, c’est avant tout une promesse honorée, celle de l’amie à son âme, un reflet à son miroir. C’est également un gage d’Espoir pour toutes celles qui en doutent, et le rappel que si tout est possible au nom de la Cause qui nous est chère, cela ne se fait jamais sans heurt. Et que les traces ne sont pas toujours celles que l’on voudrait laisser.

A l’ouverture de mon écrin, la surprise et l’inquiétude ont cédé la place à la douceur familière de la plume de Sonia Frisco. Des mots choisis élégants, à lire parfois à voix haute, qui sonnent comme une musique et habillent les sentiments dépeints. Et puis parmi ces mots, il y en a d’autres, beaucoup plus durs, rêches, et tranchants. Ceux qui dénoncent, ceux qui accusent, et les implacables nécessaires au combat. C’est bien là que l’auteure m’a cueillie garde baissée. J’ai partagé la haine et subit le dégout, parfois aussi fait face à de l’incompréhension, parce que cette histoire est vraie et que dans la vie tout ne va pas toujours tout droit.

Si le sujet m’est très vite apparu, j’ai été littéralement surprise par son dénouement ! Comme dans Le portail de l’Ange, rien ne vous est acquis avant le point final… Ce fameux point qui est toujours pour moi le premier tiret d’une longue liste de questions !

Belle de Nuit est un bijou unique, je sais que chaque ligne, chaque mot a été écrit avec retenue, la pression de la plume sur le papier cent fois contenue afin d’être sûre que ce mot soit à sa juste place. Je devine sans peine les nombreuses relectures et la bataille farouche parfois nécessaire pour garder intact le souffle de Mia face à nos registres préformatés.

Ce travail de joaillier, c’est l’aboutissement d’une vie, celle de Mia, avec ces fêlures, ces beautés, mais surtout, un fil léger qui se prolonge au-delà de ce qui se dit …

L’ouvrage est disponible sur le site d’Amazon. Prix : 17€

 

 

Publicités

Serial ReadeuZ : le retour !

retour

 

Bonjour à tous et toutes,

Sous ce titre humoristique ce cache un vrai message ! Le blog reprend ses chroniques dès septembre !

Je me dois cependant de vous donner quelques explications sur les raisons de cette longue absence, plus d’un an ce n’est pas rien !

Happée par le temps des études, j’avais en effet repris des cours en soirée pour obtenir le brevet de bibliothécaire, j’ai également changé d’emploi. Je suis … bibliothécaire !
Quelle chance me diront certains ? En effet, j’ai beaucoup de chance, et je vous assure que je la savoure d’autant plus que je suis en charge des acquisitions d’ouvrages pour notre bibliothèque.

Autre source, et non des moindres, de joie et de chance : je suis maman de jumeaux depuis février ! Autant vous dire que mes temps d’analyse et de lectures se sont réduits à peau de chagrin !

Voilà, maintenant que vous savez tout, il me reste à vous dire à tout bientôt, avec une reprise des chroniques dès le mois de septembre. D’ici là, je publierai sans doute quelques articles sur les derniers coups de coeur lus.

Petit rappel à qui souhaiterait m’envoyer son manuscrit, vous pouvez m’envoyer un email à : serialreadeuz (at) gmail.com ou par le biais de ce formulaire :

Bonne journée à tous et à bientôt

Histoires courtes pour s’endormir, Nicole Caplain

Me voici de retour avec un petit livre d’histoires pour les enfants. Malheureusement, j’ai appris le décès de Nicole Caplain ces derniers jours en préparant la chronique. Je présente mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Dans ces circonstances, il serait mal venu de me faire juge de son oeuvre, en positif et en négatif.

Je ne rédigerai donc pas de critique mais par cet article.

couv Histoires courtes pour s'endormir 4mm RS.indd

Histoires pour s’endormir est paru aux éditions Société des écrivains.

Toujours moins, Nadia Bouzid

Toujours_Moins
Toujours moins, le nouvel ouvrage de Nadia Bouzid, est composé de trois nouvelles.
Fidèle à sa promesse, il se lit très vite, l’auteure va a l’essentiel.

Ici, pas de fioritures ni d’adjectifs inutiles, le livre se veut à la mesure de notre société : vite et bien.
Ne vous fiez pas aux couleurs vives de la couverture, ces trois nouvelles sont un voyage noir au pays du contemporain, avec ses dérives, ses réalités qui bien souvent sont loin d’être idylliques.

Mon ressenti après cette rapide lecture est une réflexion, intense, sur la manière dont nous menons nos vies, et nos priorités. Le regard de Nadia Bouzid permet de mettre en lumière certaines scènes, surement bien trop nombreuses, du quotidien de cette société moderne.
Je m’attendais à un bon moment de lecture, seule assise au soleil, et bien j’ai pris ma claque !

Il s’agit donc d’un très bon ouvrage, claquant de réalisme et qui ouvre à la réflexion et que j’ai apprécié pour le coté bref et sans détours. l’auteure sait choisir les mots qui touchent, sans y apporter de surplus mélo dramatique, l’information se suffisant à elle même.

Toujours moins est paru aux éditions Rue du départ, dans la collection Voyage Noir.

Comment exister aux côtés d’un génie ? Agnès Boucher

9782296961531r

 

Mendelssohn,

Schumann,

Mahler

Ces noms vous évoquent forcément quelque chose. Grands compositeurs, mondialement connus, à peine prononcé leur nom que les notes dansent déjà sur la partition.

Ce n’est pourtant pas sous cet angle qu’Agnès Boucher a choisi de composer. Comme le dit l’adage « derrière chaque grand homme se cache une femme… »

L’auteure se sert ici de l’écriture pour mettre la lumière sur ces destinées cachées, bridées, mais non moins talentueuses de Fanny, Clara, Alma, et de toutes celles qui furent sœurs, épouses de personnages célèbres et qui durent, d’être femme, en devenir l’ombre…

A travers leurs différentes personnalités, on décèle la reconnaissance, parfois la résignation ou l’humilité, mais surtout et toujours l’amour. De l’art …

Ce récit, agrémenté de nombreux échanges épistolaires et références, dépeint vraiment l’univers musical mais aussi la condition de la femme, la lutte face aux préjugés et le combat subtil que durent mener ses compagnes, tiraillées entre l’amour de la musique et leurs conditions de vie.

Merci à Agnès Boucher pour m’avoir ouvert les portes de ce monde classique qui m’était jusque là méconnu mais que je découvre avec beaucoup de plaisir.

Comment exister aux cotés d’un génie est paru aux éditions l’Harmattan.

Quelque(s) Part(s), Sarah Penfolds

Cover_SP_def

Je n’ai pas résisté à vous faire part de mon envie de vous faire partager l’originalité de sa maison d’édition A l’envers. Rappelez-vous, j’avais rédigé un billet de présentation une fois le livre reçu.

La finesse et la beauté de l’illustration dont chaque couverture a été peinte à la main rend la rencontre avec ce livre magique. En vous rendant sur le site des éditions A l’envers, vous découvrirez en vidéo la manière dont ont été créées les couvertures, ainsi que l’estampe, sublime et en édition limitée, du tirage de tête.

estampe

« Etrangement, lorsqu’on arrive au but que l’on s’est bien souvent imposé, le but n’a plus de sens. La seule chose qui importait était le chemin. »

Dans ce roman-essai, Sarah Penfolds semble devoir écrire pour faire vivre ses amours. Inventés? Fantasmés? Vécus? Rompus? Ses amants se meuvent sous sa plume, elle en a le contrôle, écrire c’est les faire exister.

« j’ai envie d’écrire parce que c’est un besoin de création. Certains veulent des enfants, d’autres ont besoin d’écrire. alors je continue… »

Le sentiment qui me reste après ma lecture … un roman-essai ne se prête pas à la critique, car sa pensée et sa construction sont personnels. J’ai aimé, car certains faits ont en moi eu un écho. Je me suis retrouvée dans certains mécanismes, parfois aussi je me suis perdue, tout comme l’auteure qui nous fait partager le fil conducteur de ses pensées, quand celles-ci s’égarent.

Sarah Penfolds est d’un grand talent dans l’écriture, un joyaux dans l’écrin de papier des Editions A l’envers.

Une larme de rhum dans le thé, Yolaine von Barczy

larme

S’éteint-on forcément avec l’âge ? Rien n’est moins sûr. À condition de savoir parfois faire resurgir le croustillant du passé.

Les vieilles dames de ces nouvelles ont toutes délicieusement flirté avec les limites. C’est ce qui les rend si lumineuses. Tour à tour malicieuses, courageuses ou amoureuses, elles nous offrent ce qu’elles ont de plus secret et de plus humain : un soupçon d’indignité.

Yolaine von Barczy, 45 ans, est directrice des ressources humaines et passionnée par les rapports humains. Elle a participé à beaucoup de concours de nouvelles dont certaines ont été primées.

Second ouvrage issu de mon récent partenariat avec les Editions Baudelaire, Une larme de rhum dans le thé bouscule un peu les idées préconçues que l’on ne manque jamais de se faire sur les autres.
Dans ces douze nouvelles, l’auteure nous présente, de façon très intimiste, des personnes qui ont parfois eu un lourd secret à porter.

Certaines nouvelles surprennent, d’autres choquent, ou attristent.
Une larme de rhum dans le thé c’est le parcours de vie de gens qui ont, à un moment, flirté avec les limites de l’indigne, de l’impensable.

J’ai aimé ces mises en situation qui selon moi posent un regard sur les a priori, les conclusions que l’on tire souvent très vite, au jugement d’une personne sans connaître son vécu, ses valeurs.

Et si le temps d’une lecture ont vous mettait face à ces préjugés?
Laissez-vous surprendre…