Praerie, Jean-Luc Marcastel

praerie
Merci aux éditions Scrinéo et à Livraddict pour ce partenariat.

Il faut souligner, en guise de résumé, la vidéo de Jean-Luc Marcastel disponible ICI, superbement mise en scène et originale.

Bien que j’aie peu été prise par ce roman, je vais tenter de vous en détailler les raisons.

A la lecture du 4ème de couverture, l’histoire me renvoie à des souvenirs de films et autres livres où les hommes côtoient le monde des insectes mais bien sûr, ce n’est pas parce que cela a déjà été utilisé que l’on ne peut l’évoquer à nouveau dans un livre et le faire bien, voire de présenter les choses sous un angle différent.
Je laisse donc cet aperçu de coté.

Le livre-objet est très joli, la typographie attrayante, et l’illustration bien en rapport avec le thème de la nature et fidèle à l’idée donnée par le résumé.
Un petit dossier est glissé avec le livre afin d’apporter des informations complémentaires sur l’ouvrage.
C’est là que je découvre que la lecture est adaptée aux enfants à partir de l’âge de 12 ans et largement relayée par les médias via les revues science et vie junior, je m’attends donc à un certain niveau scientifique.

Le début est assez déroutant car il y a beaucoup de termes codifiés qu’il faut aller découvrir dans les annexes ou dans le glossaire. Ceux-ci se situant en fin d’ouvrage, cela perturbe le rythme de lecture et est assez frustrant, d’autant plus qu’un mot amène à une définition qui elle même contient des mots codifiés qu’il faut encore déchiffrer. A peine l’exercice terminé, je peux reprendre la lecture la ou je l’avais laissée pour une ligne et de nouveau me voici à chercher une définition !
Frustrant je vous dit !
J’avoue avoir abandonné l’idée de suivre chaque redirection donnée par les multiples codes et ai poursuivi ma lecture comme une ignorante bienheureuse…Une suggestion serait d’avoir mis le glossaire à l’avant de l’ouvrage, ainsi d’ailleurs que le reste des annexes afin de permettre de se familiariser à ce monde « de dessous nos pieds » sans être sans cesse coupé dans la lecture…

Concernant l’histoire, je n’ai pas vraiment accroché… La langue locale est très vite démystifiée, et les intrigues peu crédibles.
On y présente les Sinks comme des prédateurs chez qui c’est « bouffer ou être bouffé ». Ok chez les insectes ce n’est pas les bisounours mais pour un ouvrage à tendance jeunesse, la scène de l’accouplement entre Lo’Hiss et la Douventre est assez choquante et peu adaptée à l’âge mentionné selon moi.
Il y a beaucoup de longueurs, des descriptions interminables rendant certaines scènes propice à l’égarement, alors que d’autres scènes auraient mérité qu’on s’y attarde beaucoup plus ( l’histoire de Séfan, et surtout la dernière partie que je me garderai de dévoiler évidemment …)

Il y a cependant de beaux messages véhiculés par cette histoire, celle de l’endoctrinement, que certains protagonistes remettront en cause au fil de leurs découvertes, et puis les différences de culture, la manière de traiter les femmes, la découverte des autres cultures mais j’avoue que cela n’a pas suffi à me convaincre d’attendre le second tome…

 

 

Publicités

Le Portail de l’Ange, de Sonia Frisco

sfr

Voilà que je referme « Le portail de l’Ange » de Sonia Frisco. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Nul ne sait …

Pour mémoire, j’avais déjà rédigé un billet ici dès réception du colis, tant l’attention mise par l’auteure dans son envoi m’avait touchée.

Il m’est difficile de me défaire du sentiment confus à la suite de cette lecture que j’ai poursuivie 3 jours durant, tant j’avais sans cesse envie d’en connaître le dénouement.
Ce sentiment confus, intense et contradictoire, l’est tout autant que la complexité que Sonia Frisco manie avec brio tout au long de ces 391 pages.

 

 

Les mots choisis sont tantôt doux, tantôt durs dans leur expression, mais toujours légers dans leur signification première.
Dans les premières lignes, elle exprime ce choix d’écriture par l’image et la métaphore comme une existence en 3 dimensions. Et je comprends maintenant tout à fait ce qu’elle voulait entendre par là.

Le portail de l’ange, c’est avant tout un apprentissage, celui de l’enfant Justin, porté aux nues par une maman souvent perdue devant un comportement qu’elle ne comprend pas, exaspérée parfois aussi, mais par dessus tout fière de ce joyau qu’est son Justin.
C’est aussi un voyage … dans des dimensions inexplorées de l’être, et puis du paraître aussi … une rencontre, des au revoir, des chemins qui se perdent, et d’autres qui se trouvent enfin.
C’est surtout, beaucoup de suspens, de retournements, de surprises et d’étonnement, car comme le dit si bien Sonia Frisco dans l’histoire qu’on nous raconte, il y a ce qu’on nous dit, et il y a ce qu’on entend…

J’ai aimé, que dis-je, j’ai adoré le temps passé à lire ce livre.
C’est sans doute là une des plus belles œuvres que j’aie eu à lire ses dernières années.
Une fois refermé, les interrogations semées tout au long du livre se dissipent peu à peu, comme autant de certitudes dont le lecteur doit se défaire.
Il n’y a pas à dire, en choisissant ce roman, vous acceptez de vous laisser mener par le bout du nez et ce pour votre plus grand plaisir, vous verrez !

Au-delà de cette belle histoire et des questionnements qu’elle a soulevé en moi, c’est une personne pleine d’humanité, de tendresse et d’attention dont j’ai fait la connaissance grâce à cet échange.
Je remercie Livraddict pour m’avoir mis dans les mains, et dans la vie ce bel ouvrage, les éditions Slatkine mais surtout Sonia Frisco, pour sa générosité, son amour des mots, et pour cette belle leçon de courage car pour reprendre ses dires « devant l’immense, tout est permis pour rester en vie ».

Pour découvrir l’univers et les autres oeuvres de Sonia Frisco, je vous invite à vous rendre sur son site à l’adresse :

http://www.soniafrisco.com

 

 

Le Portail de l’Ange – Sonia Frisco

Image

Reçu dans le cadre d’un partenariat Livraddict, voici, en avant-première, un premier article sur le roman de Sonia Frisco.
Je ne l’ai pas encore entamé, mais je tenais à vous faire partager mes premières impressions :

Image

 

Quel plaisir de découvrir, au retour de la poste, le contenu de ce petit paquet !

C’est vraiment un bonheur, une attention si délicate, que l’auteure aie pris la peine de personnaliser son colis. J’adore !

Je remercie d’avance Livraddict, les éditions Slatkine, et évidemment Sonia Frisco de m’avoir permis cette découverte.

Voilà, pour la suite, en cours de lecture et l’avis final, il faudra encore un peu patienter 🙂

 

Edit du 10 avril : Cliquez ICI pour lire l’article final