Laudanum, Virginie Begaudeau

Tic, tac, tic, tac …

C’est aujourd’hui la sortie de Laudanum, de Virginie Begaudeau, paru aux éditions Books on Demand.

laudanum

« Ils atteignaient leur objectif, je le sentais, éradiquant la trace de l’insanité qui n’était, en fait, que ton ombre. Je ne prévoyais plus de m’en tirer, tu sais, j’attendais seulement de m’étourdir la nuit tombée. De m’étouffer d’une dose trop belle de laudanum. »

1903, Moïra est mise en exil pour avoir choisi de croire en un rêve censuré. Suite aux troublants événements qui ont accompagné son enfance, elle se retrouve entre les murs de Beauregard, unie à Noé, liée aux mensonges obscurs de son foyer et enchaînée à cet homme venu de nulle part.

Sa rencontre avec Claire Bach, jeune psychiatre en devenir, changera définitivement sa vision du monde, la protégeant des insensés qui l’anéantissent.

Un roman singulièrement aliénant sur le chemin détourné d’une jeune fille qui tente, par tous les moyens, de sauver sa réalité.

Pour le découvrir en images, c’est par ici :

Et pour vous le procurer, c’est par ici !

D’ores et déjà beaucoup de succès à Virginie Bégaudeau pour ce nouvel opus … et à très bientôt pour ma chronique…

Les fantômes de Port-Winston, Michel Giard & Patrick Bousquet-Schneeweis

fantomes     go

Destinée à la jeunesse, cette collection, qui comporte plusieurs exemplaires (Voir liste complète ici) relate sous forme de nouvelles l’histoire de la France dans sa lutte contre les troupes allemandes lors de la Seconde Guerre Mondiale.

La nouvelle, d’une cinquantaine de page, démarre par une mise en scène très douce mais très prenante aussi afin d’amener le lecteur à se plonger dans le passé.

Bien qu’il s’agisse d’une œuvre de fiction, de nombreux faits historiques viennent étayer le roman, des renvois à une documentation très complète mais jamais inutile complètent la partie nouvelle.

J’ai aimé la manière dont l’auteur amène le récit, un carnet, découvert par une femme, 50 ans passé après la guerre. A la lecture de celui-ci, elle revit les faits.

Dans le sixième volume, c’est la participation au cinquantenaire du débarquement qui ravivera l’étincelle du souvenir dans les yeux d’un vétéran …

Les illustrations sont attirantes, les titres accrocheurs, et la petite taille des ouvrages permettent une lecture rapide et aisée.

Le vocabulaire est simple mais pas vulgarisé à outrance, les mots choisis sont adaptés aux faits, qui d’ailleurs ne sont pas édulcorés. L’enfant, ou sans doute plutôt l’ado qui lira cette collection, aura conscience de la cruauté et de la violence des évènements.

C’est une collection qui trouve sa place dans toute bibliothèque, qui pourra aussi appuyer les cours d’histoire ou même à des fins de lecture plaisir, et pas que pour les plus jeunes.

Merci à Michel Giard pour sa confiance, et pour m’avoir fait parvenir « Les fantômes de Port-Winston » que j’ai vraiment apprécié, ainsi que « go ! Geronimo ! ».

Le dernier chat noir, Eugène Trivizas

2015-01-23_090513

Pour débuter, un petit mot sur l’illustration : Je n’aime pas trop. Pas que celle-ci spécialement soit moins belle qu’une autre mais la tendance au « dessin minimaliste crayonné » ne me plaît pas du tout et pourrait même m’empêcher de repérer ce livre en librairie. Mais … là n’est pas le sujet puisque ce livre m’a été permis de découvrir par les éditions du Jasmin.
Comme toujours, le soin apporté à l’envoi et la petite carte personnalisée sont appréciables. Merci à l’éditeur qui a su me surprendre et m’a fait passer un très bon moment. 

Le dernier chat noir a été traduit du grec, langue maternelle de l’auteur Eugène Trivizas. Ce dernier a déjà une centaine de livres pour la jeunesse, et ses œuvres traduites en 17 langues. Il est aussi le lauréat de nombreux prix.

L’histoire est relatée à la première personne. Devrait-on dire première perso-chat ? Car il semble que je sois un chat 🙂

Dès les premières lignes, l’accent est mis sur la description qui permet une immersion douce, mais totale, dans le récit.

« Je t’aimerai toute ma vie. Je t’aimerai de toutes mes sept vies ». Déclaration d’amour chat …

L’intrigue de départ porte sur la disparition subite et étrange de tous les chats noirs d’une île. Descriptions de scènes rocambolesques, cocasses, dignes des meilleurs dessins animés, la même dynamique anime ce récit et la visualisation est immédiate.

Passé le coté mignon et attendrissant que l’on reconnait toujours à la race féline, l’auteur place le récit au centre de la machination dont sont victimes notre protagoniste et ses amis face à un collectif d’humains superstitieux mais ô combien influents auprès de la population de l’île.
La traque, sans relâche, nous mènera à nous cacher dans bien des endroits incongrus, cherchant à fuir la violence et la haine humaine, bravant les dangers pour sauver un compatriote, survivre face à la trahison de ceux que l’on croyait nos amis, et voir partir parfois de braves compagnons…

La morale est transposable à l’homme, et c’est un de ses points forts.
Les multiples niveaux de compréhension permettent à chaque lecteur d’y trouver son compte, et d’en retirer une réflexion personnelle.
Bien sûr il n’est pas à conseiller aux plus jeunes, certaines scènes sont d’une cruauté intense, mais plutôt à réserver à une population de jeunes adultes/ adultes.

J’ai apprécié le parallélisme subtil avec l’holocauste, les croyances faciles du petit peuple, les discours de politiciens qui stigmatisent une minorité. La demande d’aide des chats noirs aux autres qui ne veulent rien savoir parce que pas visés alors qu’ils ne semblent pas plus à l’abri des drames, la main tendue du noir au blanc, le riche aristocrate qui doit manger des détritus pour survivre, la coulée du bateau ou encore lorsque les héros noirs sont acclamés, autant de symboles qui portent la réflexion au-delà du simple dépaysement proposé par le récit.

Je crois que vous l’aurez compris, ce livre je l’ai adoré, je mis suis plongée, j’ai vécu sur les toits, j’ai eu peur, bref … j’ai été un chat 🙂

Je vous le recommande vivement !

Impressions lointaines, Elodie Agnesotti

impress

Voilà un moment que j’avais discuté avec Elodie Agnesotti, et qu’elle m’avait fait parvenir son livre sobrement libellé sous « poésie & photographie ».
En belle position dans ma bibliothèque, j’avais pourtant dû plusieurs fois repousser ma lecture, bien que la couverture amenant au voyage ainsi que le titre « impressions lointaines » m’intrigue.
Je souhaitais réserver à Impressions Lointaines un accueil et une attention digne d’un recueil de poésies.

Ce soir, il est venu à moi.

Au coin de flammes

Étrangères

J’ai assis mon silence

Et ma condescendance

Posé

La civilisation

Qui me sciait le dos

J’avais décidé de voyager avec lui, et j’ai savouré ce départ … pour les mots …

Je pourrais choisir de disserter sur les multiples possibles et contradictions de ces deux mots « impressions lointaines » mais sa signification s’impose à moi : les paysages m’ont fait voyager, avec leur auteure, puisqu’elle a elle-même réalisé chacun des magnifiques clichés du recueil.
A plusieurs reprises j’ai relu ces mots qui composent son histoire, je les ai scandés, pour mieux m’en imprégner, j’ai glissé le long des steppes, j’ai médité, senti le souffle du vent qui l’a portée, j’ai partagé ses intimes fragments de cœur qu’elle a semé au fil des poèmes qui peuplent les feuillets.

Une fois le livre refermé, j’ai dû prendre un moment pour reprendre le cycle trop rapide de la vie.
Ou étais-ce un moment de partage ? De recueillement ?
Un sentiment de sérénité et de calme m’avait envahi c’est évident, je revenais d’ailleurs …

Merci pour ce partage, pour ces vues, pour ces mots que vous maniez si bien, Elodie.
J’espère et vous souhaite sincèrement qu’au détour d’un chemin, le succès et la découverte d’Impressions Lointaines vous mènent au bout de vos rêves …

Impressions lointaines

ISBN 978-2-9550373-0-0

Rouge novembre, de Pierre Guyaut-Genon

RN_1

Avant de se consacrer à l’écriture, l’auteur a joui d’une carrière médiatique de 40 années, à la RTBF, avec une prédilection pour classic 21.
Il est également l’auteur de 10 romans, de pièces de théâtre, et a collaboré à l’écriture de one man show.

[ Présentation de l’auteur sur rtbf.be ]

Avec Rouge Novembre, il amène un regard percutant et teinté d’humour sur les tueries du Brabant, qui, pour mémoire, secouèrent la Belgique il y a une trentaine d’années, et n’ont d’ailleurs jamais été élucidées !

Ce roman fait partie de la collection roman, des éditions Méhari.

Reconnaissable à sa couverture en noir et blanc, l’illustration de ce roman se prête plus à la thématique, contrairement au précédent ouvrage que j’avais pu découvrir de cet éditeur. (Salle d’attente, de Marc Varence).

Haletant ! C’est le moindre des qualificatifs que je réserve à ce roman ! J’ai tout bonnement adoré !

Je ne suis pas friande de polar, mais dans ce cas, j’en redemande !

La richesse de l’information, la précision dans la narration des faits jusque dans les moindres détails, les ambiances, les rythmes qui s’accélèrent au rythme des casses qui s’enchaînent, Rouge Novembre se lit à toute allure …
A plusieurs reprises, je me suis demandée comment il était possible de décrire les meurtres avec tant de réalisme, après tout comme l’auteur le fait remarquer, cela aurait pu arriver … ? Et parfois je me demande si justement, ça aurait pu arriver.
J’ai été impressionnée par la mécanique mise en place par ces tueurs professionnels, écœurée par la puissance et la profondeur de leur réseau, jusque dans les arcanes de la justice !

Et la police … perdue, qui se fait balader d’un coté à l’autre de la Belgique sans comprendre ce qui lui arrive …

Un roman d’une grande qualité, d’écriture, et d’information, bien sûr romancée, mais qui éveille la curiosité de ceux qui, comme moi, connaissaient peu l’histoire et donc chercheront probablement plus amples détails.

Psyché, Damien Eleonori

psyche

Psyché, un premier roman de Damien Eleonori.

Nombreux sont les thèmes abordés dans ce roman qu’on peine à qualifier tant les orientations sont multiples … Thriller ? Esotérique ? A chacun d’y voir son intérêt.

Quand il s’agit d’un premier roman les idées fusent, depuis tellement d’années et lorsque le rêve se réalise et par là même la concrétisation du projet d’écriture, on y met toutes ces sources, effleurant et entremêlant tout ce qu’on a mis précieusement de côté toutes ces années. Cela donne souvent naissance, et Psyché n’échappe pas à la règle, à un roman riche en fils conducteurs et en information.

Les thèmes choisis ici sont tous très intéressants. On sent qu’il y a du potentiel et une vraie inspiration, malheureusement le format du livre ne permet pas un développement complet de chaque élément, et c’est dommage, j’aurais aimé voir certaines notions plus en détail.
Il aurait été possible d’associer les thématiques abordées car elles sont toutes complémentaires mais il aurait fallu alors augmenter considérablement la taille de l’histoire, solution peut-être non envisageable au moment de la publication.

Au fil des pages, la vitesse et l’orientation du roman prend son envol, attisant ma curiosité et me poussant à des recherches culturelles supplémentaires (ex : chat de Schrödinger, univers parallèles, etc …) qui m’ont fait creuser plus loin sur internet.

A l’inverse, l’évocation de théories populistes contemporaines et de faits tels que Ebola, tsunami n’apportent pas de valeur ajoutée au roman. Si ces notions rendent le roman très actuel et abordable par tous, elles ne sont à mon sens pas analysées dans une démarche de construction mais juste évoquées, et pas spécialement utiles …

Les évènements sont pris, pour ma part,  comme des pistes de réflexion philosophiques, ou comme des mots-clés si on veut, mais l’histoire  qui relie le tout ne m’est pas parue aussi travaillée que ces pistes. L’attention portée sur les personnages y est peut être pour quelque chose : Je n’ai pas ressenti d’empathie et j’ai un peu de mal à resituer les protagonistes dans la chronologie.

Au final, la découverte d’un auteur à la personnalité très sympathique et ouvert, truffé d’idées plus intéressantes les unes que les autres, à l’écriture un peu brute mais à bon potentiel et qui mérite l’attention du public.

Je suis intriguée à l’idée de lire la suite des romans de cet auteur ; La multiplicité de ses idées mêlée à l’affinage de son écriture au fil de ses publications en fait un nom à surveiller de près !

Psyché n’a pas encore trouvé de maison d’édition et n’est donc disponible que par le biais de son auteur, n’hésitez pas à lui écrire ! 

[Angor], Franck Thilliez

angor

Avec cet opus, Franck Thilliez fait reprendre du service à ses deux protagonistes enquêteurs : Lucie et Sharko. Récemment devenus parents de jumeaux, ils vont devoir jongler entre les douces soirées dans le cocon familial et leur seconde résidence … Le 36 quai des Orfèvres !

1024px-36_quai_des_Orfèvres_Paris

En parallèle, il nous fait découvrir Camille, jeune greffée du cœur. Cette jeune femme, également policière, lutte contre un démon intérieur qui lui donne bien du fil à retordre ! En effet, ce cœur qui lui permet de vivre son métier à fond agit en elle comme une bombe en retardement …

Je dois avouer que je m’étais peu renseignée sur la bibliographie de Franck Thilliez.Découvert il y a quelques mois avec Puzzle, c’est avec beaucoup de curiosité et d’impatience que je me suis plongée dans [Angor].

L’intérêt, pour moi, était le fait d’allier le coté médical promis par [Angor] avec l’orientation policière du roman. Très documenté, sans toutefois nous saturer de détails techniques pour le plaisir d’étaler son savoir, c’est un livre de grande qualité, précis, équilibré, et aux nombreux détours qui m’a été donné de découvrir.

Certains passages ont parfois été difficiles à lire, tant l’impression laissée par l’atrocité de la scène décrite était pesante … La représentation était habilement amenée, et j’ai parfois eu l’impression d’entendre les sons accompagnant ma lecture, c’est dire si parfois j’en avais froid dans le dos !

Au delà du milieu médical, c’est en Espagne, puis en Argentine, que F.Thilliez nous fait découvrir le coté sombre du don d’organe, son pendant négatif, le trafic d’enfants sous Franco, un lourd héritage que le pays traîne et tente de dissimuler tant bien que mal.

Il est difficile d’aborder tous les thèmes présents dans cet ouvrage, ce qui est sûr c’est qu’en pénétrant dans la toile tissée par l’auteur, dans son enquête, vous vous engagez dans un parcours tortueux, frôlant souvent les limites de l’humain et de ses contraires …

Pour ce deuxième ouvrage, j’ai de nouveau été happée par le rythme haletant et angoissant de la plume acérée de Franck Thilliez. Plus j’avançais dans la lecture, plus j’avais du mal de lâcher le livre, les chapitres se succédant de plus en plus vite, me laissant toujours sur une interrogation impossible à satisfaire sans lire la suite ! Le lecteur évolue en même temps que les protagonistes dans la résolution des énigmes, multiples, parfois antagonistes et pourtant liées.

Je vous recommande bien sûr cette lecture, que vous soyez amateur de polar, de thriller, ou tout simplement d’un ouvrage de qualité littéraire, riche en rebondissements !

[Angor] est paru aux éditions Fleuve noir dans la collection Thriller Policier.
Date de parution : 9 octobre 2014 – 624 p.

Voir le site de l’auteur ICI