Histoires courtes pour s’endormir, Nicole Caplain

Me voici de retour avec un petit livre d’histoires pour les enfants. Malheureusement, j’ai appris le décès de Nicole Caplain ces derniers jours en préparant la chronique. Je présente mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Dans ces circonstances, il serait mal venu de me faire juge de son oeuvre, en positif et en négatif.

Je ne rédigerai donc pas de critique mais par cet article.

couv Histoires courtes pour s'endormir 4mm RS.indd

Histoires pour s’endormir est paru aux éditions Société des écrivains.

Manège, Hieronymus Donnovan

Image

Découvert grâce à Twitter, c’est en discutant avec l’auteur Hieronymus Donnovan que j’ai eu l’occasion de recevoir Manège, publié aux éditions Storylab.
Merci pour votre générosité et votre gentillesse lors de nos échanges.

Je vous invite à en découvrir la bande-annonce vidéo ici

Je réalise en fait que ce livre ne fait que 53 pages.
Une nouvelle expérience de livre se lisant sur liseuse en moins d’une heure. Pourquoi pas ? 
J’ai bien aimé cette lecture, elle est tout à fait adapté au « une histoire en moins d’une heure ».
Je pense que tenter de la porter en format roman classique aurait lassé le lecteur, à moins de creuser un peu dans ce vaste sujet du drame familial. Peut-être H.Donnovan y serait-il parvenu ?
Par contre le thème du manège est métaphoriquement et graphiquement tout à fait adapté à l’impression dont j’étais imprégnée tout au long de ma lecture !

Avec manège, il s’attaque à un sujet malheureusement trop souvent d’actualité.
La précarité, le stress et l’angoisse qui pèse sur les couple en quête d’un équilibre et qui, faute de moyen, en viennent à des conséquences tragiques, souvent au détriment des enfants.

Originalité de cette histoire, c’est que l’auteur s’est justement placé du point de vue de l’enfant, avec ses angoisses, ces questionnements de petit être invisible face au gouffre familial.
Un peu simpliste peut être dans le dénouement, j’aurais aimé que le personnage principal, soit plus recherché, je pense qu’on aurait un peu plus travailler autour de ses angoisses justement.

Pour conclure, c’est donc un roman court qui réussi haut la main le pari d’aborder un thème lourd, vaste et angoissant en un nombre réduit de page,  le tout dans une trame cohérente …

Les envies du Mercredi

 

J’ai encore craqué !

Heureusement, ce n’est encore que quelques ajouts dans ma Wishlist, je ne suis pas encore passée à l’acte 🙂

 

pixel

 

Pixel Noir, de Jeanne – A. Debats.

Pourquoi ce choix?

   Informaticienne de métier, le titre ne me laisse évidemment pas indifférente.
L’idée du roman, de plonger l’esprit des patients hospitalisés dans un monde virtuel est un concept qui me plaît et avec beaucoup    de possibilités au niveau écriture.
Je suis curieuse de voir comment cela a été exploité par celle-ci…

 

 

angelfall

 

Angelfall, de Susan Ee.

Pourquoi ce choix?

   Parce qu’au delà de la superbe réalisation de la couverture, l’idée de mettre en opposition anges et humains me    plaît et m’intrigue. Voilà une originalité, là où depuis la nuit des temps on nous serine que les anges sont nos amis, nos protecteurs …

 

 

 

meme-de-philippe-torreton

 

Mémé, de Philippe Torreton.

Pourquoi ce choix?

   Parce que c’est vrai que ca ne se dit plus,Mémé, Mamy, Papy …Parce qu’aujourd’hui justement, cela fait 18 ans que mon grand-père s’en est allé. Parce que comme beaucoup d’entre nous, nos grand-parents ont été les pilliers de ce que nous sommes devenus, adultes. Parce que tous ses sentiments me touche, et que je suis un brin nostalgique, j’ai envie de voir si la mémé de ce jeune quadra était aussi bien que la mienne.
Même si forcément pas, puisque c’était MA mémé !

 

nd paris

Notre Dame de Paris, de Victor Hugo. Illustré par Benjamin Lacombe.

Pourquoi ce choix?

   Je dois bien avouer que s’il y a bien un classique que je ne connais pas, c’est bien celui-là. Malgré les tentatives des médias via les comédies musicales & Co, j’ai toujours fait de la résistance …
Mais mon amour pour les beaux ouvrages pourrait bien avoir raison de cette méconnaissance, grâce au talent dont à fait preuve Benjamin Lacombe pour illustrer cette édition. Par pure beauté des yeux donc … (Mais quel beau coffret !!! )

 

dualed

Dualed, de Elsie Chapman.

Pourquoi ce choix?

   Je n’arrive pas à comprendre l’intérêt d’avoir un jumeau génétiquement identique à la naissance, élevé dans une autre famille, qu’il faudra combattre à l’âge de 20 ans afin de ne garder que « la meilleure version de son être ».
Ceci dit, cela me rappelle un peu le film Time-out, que j’avais bien aimé, alors pourquoi ne pas se laisser surprendre?

 

 

Couv 14-14

 

14-14, de Silène Edgar & Paul Beorn.

Pourquoi ce choix?

  En dépit du côté « jeunesse » du roman, c’est l’occasion d’en apprendre plus sur la vie il y a maintenant un siècle, lors de la première guerre mondiale. J’espère fournie en éléments historiques, cette histoire qui nous révèle que finalement, quelle qu’en soit l’époque, un enfant reste un enfant, avec ses préoccupations, ses doutes, ses rêves.

 

 

 

enfant schindler

 

L’enfant de Schindler, de Leon Leyson.

Pourquoi ce choix?

   Passionnée par la seconde guerre mondiale, j’avais été très émue et marquée par le film « La liste de Schindler ». Ce personnage clé pour la survie de nombreux juifs (il y en a bien sûr eu d’autres … ) m’a impressionné par son humanité et sa force.
Le témoignage de Leon Leyson, manuscrit écrit juste avant sa mort et publié à titre posthume est une tranche de vie et de l’histoire qu’il me tarde de découvrir.

 

 

journal arbre

 

Le journal intime d’un arbre, de Didier Van Cauwelaert.

Pourquoi ce choix?

   Le talent et le style de l’auteur n’est plus à démontrer. Ces oeuvres sont souvent décalées, elles nous montrent un point de vue différent, quand la masse pense d’une manière, il parvient à nous bousculer pour nous faire voir les choses d’un autre angle. Le point de vue, cette fois, est celui d’un arbre … Immédiatement j’ai senti l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, j’ai eu la sensation de l’écorce sous mes doigts et l’envie de faire connaissance avec cet arbre, le regarder autrement que comme un quelconque bout de bois …

 

 

 

Voilà la fin d’une sélection plus qu’écclectique, encore une fois, je ne sais pas quand j’aurai l’occasion d’entamer l’un de ses ouvrages mais si vous avez envie de partager vos ressentis lors d’une de ces lectures, je serais ravie de vous lire !

Bon mercredi !