Quelque(s) Part(s), Sarah Penfolds

Cover_SP_def

Je n’ai pas résisté à vous faire part de mon envie de vous faire partager l’originalité de sa maison d’édition A l’envers. Rappelez-vous, j’avais rédigé un billet de présentation une fois le livre reçu.

La finesse et la beauté de l’illustration dont chaque couverture a été peinte à la main rend la rencontre avec ce livre magique. En vous rendant sur le site des éditions A l’envers, vous découvrirez en vidéo la manière dont ont été créées les couvertures, ainsi que l’estampe, sublime et en édition limitée, du tirage de tête.

estampe

« Etrangement, lorsqu’on arrive au but que l’on s’est bien souvent imposé, le but n’a plus de sens. La seule chose qui importait était le chemin. »

Dans ce roman-essai, Sarah Penfolds semble devoir écrire pour faire vivre ses amours. Inventés? Fantasmés? Vécus? Rompus? Ses amants se meuvent sous sa plume, elle en a le contrôle, écrire c’est les faire exister.

« j’ai envie d’écrire parce que c’est un besoin de création. Certains veulent des enfants, d’autres ont besoin d’écrire. alors je continue… »

Le sentiment qui me reste après ma lecture … un roman-essai ne se prête pas à la critique, car sa pensée et sa construction sont personnels. J’ai aimé, car certains faits ont en moi eu un écho. Je me suis retrouvée dans certains mécanismes, parfois aussi je me suis perdue, tout comme l’auteure qui nous fait partager le fil conducteur de ses pensées, quand celles-ci s’égarent.

Sarah Penfolds est d’un grand talent dans l’écriture, un joyaux dans l’écrin de papier des Editions A l’envers.

Publicités

Connaissez-vous les Editions A l’Envers ?

Je ne résiste pas à vous partager un coup de coeur pour une maison d’édition suisse découverte ce matin …

http://editions-alenvers.ch/

Visuellement, le site est superbe, sobre, et plutôt renversant, si je peux me permettre le jeu de mots …

Voici un extrait de leur site, ou ils expliquent leur ligne éditoriale :

NOTRE PHILOSOPHIE

Nous aimons les livres, les vrais.
Ceux qui se transmettent de mains en mains pour leur beauté et leurs contenus surprenants. Ces ouvrages qui offrent un point de vue non-ordinaire sur le monde et livrent une vision souvent inconnue de celui-ci. Sous le chapeau des Éditions À l’Envers, nous avons choisi d’éditer selon nos coups de coeur; un texte, des poèmes, une série de photographies ou un carnet de croquis ou de gravures. Produits en série ou en tirage limité par nos soins dans notre atelier taille-douce, nos livres s’inventent au fil des projets. Nous avons pour ligne directrice de ne pas en avoir et de faire les chose à l’envers.

Cover_SP_def

Subjugée par leur originalité, et par la beauté des oeuvres qu’ils proposent, j’aurai prochainement l’occasion de découvrir et par la suite de vous faire découvrir la chronique de l’auteure PENFOLDS SARAH et son livre intitulé Quelque(s) part(s).Cliquez ici pour en découvrir le trailer en vidéo : Trailer et un extrait téléchargeable en pdf : PAR LA.

Bonne pré-découverte, et à bientôt pour la suite …

Si je n’avais plus qu’une heure à vivre, Roger-Pol Droit

Image

 

Ecrivain-philosophe, Roger-Pol Droit, à peine le titre survolé, soulève une question essentielle sur le sens de nos vies et sur la relativité de nos soucis face à l’imminence de la mort.
C’est plongée dans une intense réflexion personnelle que j’ai soulevé le voile et pénétré dans l’univers intimiste de ce qui semble être la dernière heure de vie de l’auteur …

Plaisant de par la qualité du langage, la beauté des mots choisis alignés avec soin, j’ai été déroutée par l’absence de ponctuation. Seule pause admise, la virgule, comme autant de souffles entre les idées éparses ici livrées.
Il m’a fallu un moment pour m’y faire, cherchant fébrilement les points, séparation, paragraphes … Illusions qui m’amènent enfin à comprendre la mise en scène :
Nul ne sait quand arrive la fin, chaque moment compte, les pensées s’enchaînent, s’enchevètrent en une suite aussi logique qu’éparpillées, sans vraiment pouvoir maîtriser leur flux. Comprendre, refléter ces idées sur ma propre expérience de vie, guidée par les jalons posés par l’auteur qui aborde différents thèmes de la vie, certains passages font échos en moi, me percutent, raisonnent et sonnent comme une alarme, que ferais-je si ma vie devait s’éteindre dans 3600 petites secondes ?

L’exercice est manié avec talent, j’ai apprécié les références à différents philosophes ainsi que les passages cités, qui non seulement servent le texte avec brio mais permettent aussi de pousser la réflexion au delà des propos personnels de l’auteur.

Il est évident que « si je n’avais plus qu’une heure à vivre » n’est pas un ouvrage que l’on referme et oublie, il est un recueil de pistes, de réflexions, sur l’essentiel de notre vivant, de la manière dont nous voyons les choses et de notre volonté d’y évoluer dans la perspective que tôt ou tard, cette présence terrestre aura une fin et qu’on ne sait jamais quand sera posé le point final de nos existences …

Je remercie Babelio, pour avoir réalisé mon souhait de voir cet auteur au sein de ma bibliothèque, Roger-Pol Droit pour la qualité de son travail ainsi que les éditions Odile Jacob pour la générosité de cet envoi.

Si vous le souhaitez, une vidéo de présentation de l’auteur est disponible ICI.