Histoires courtes pour s’endormir, Nicole Caplain

Me voici de retour avec un petit livre d’histoires pour les enfants. Malheureusement, j’ai appris le décès de Nicole Caplain ces derniers jours en préparant la chronique. Je présente mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Dans ces circonstances, il serait mal venu de me faire juge de son oeuvre, en positif et en négatif.

Je ne rédigerai donc pas de critique mais par cet article.

couv Histoires courtes pour s'endormir 4mm RS.indd

Histoires pour s’endormir est paru aux éditions Société des écrivains.

Les fantômes de Port-Winston, Michel Giard & Patrick Bousquet-Schneeweis

fantomes     go

Destinée à la jeunesse, cette collection, qui comporte plusieurs exemplaires (Voir liste complète ici) relate sous forme de nouvelles l’histoire de la France dans sa lutte contre les troupes allemandes lors de la Seconde Guerre Mondiale.

La nouvelle, d’une cinquantaine de page, démarre par une mise en scène très douce mais très prenante aussi afin d’amener le lecteur à se plonger dans le passé.

Bien qu’il s’agisse d’une œuvre de fiction, de nombreux faits historiques viennent étayer le roman, des renvois à une documentation très complète mais jamais inutile complètent la partie nouvelle.

J’ai aimé la manière dont l’auteur amène le récit, un carnet, découvert par une femme, 50 ans passé après la guerre. A la lecture de celui-ci, elle revit les faits.

Dans le sixième volume, c’est la participation au cinquantenaire du débarquement qui ravivera l’étincelle du souvenir dans les yeux d’un vétéran …

Les illustrations sont attirantes, les titres accrocheurs, et la petite taille des ouvrages permettent une lecture rapide et aisée.

Le vocabulaire est simple mais pas vulgarisé à outrance, les mots choisis sont adaptés aux faits, qui d’ailleurs ne sont pas édulcorés. L’enfant, ou sans doute plutôt l’ado qui lira cette collection, aura conscience de la cruauté et de la violence des évènements.

C’est une collection qui trouve sa place dans toute bibliothèque, qui pourra aussi appuyer les cours d’histoire ou même à des fins de lecture plaisir, et pas que pour les plus jeunes.

Merci à Michel Giard pour sa confiance, et pour m’avoir fait parvenir « Les fantômes de Port-Winston » que j’ai vraiment apprécié, ainsi que « go ! Geronimo ! ».

Le dernier chat noir, Eugène Trivizas

2015-01-23_090513

Pour débuter, un petit mot sur l’illustration : Je n’aime pas trop. Pas que celle-ci spécialement soit moins belle qu’une autre mais la tendance au « dessin minimaliste crayonné » ne me plaît pas du tout et pourrait même m’empêcher de repérer ce livre en librairie. Mais … là n’est pas le sujet puisque ce livre m’a été permis de découvrir par les éditions du Jasmin.
Comme toujours, le soin apporté à l’envoi et la petite carte personnalisée sont appréciables. Merci à l’éditeur qui a su me surprendre et m’a fait passer un très bon moment. 

Le dernier chat noir a été traduit du grec, langue maternelle de l’auteur Eugène Trivizas. Ce dernier a déjà une centaine de livres pour la jeunesse, et ses œuvres traduites en 17 langues. Il est aussi le lauréat de nombreux prix.

L’histoire est relatée à la première personne. Devrait-on dire première perso-chat ? Car il semble que je sois un chat 🙂

Dès les premières lignes, l’accent est mis sur la description qui permet une immersion douce, mais totale, dans le récit.

« Je t’aimerai toute ma vie. Je t’aimerai de toutes mes sept vies ». Déclaration d’amour chat …

L’intrigue de départ porte sur la disparition subite et étrange de tous les chats noirs d’une île. Descriptions de scènes rocambolesques, cocasses, dignes des meilleurs dessins animés, la même dynamique anime ce récit et la visualisation est immédiate.

Passé le coté mignon et attendrissant que l’on reconnait toujours à la race féline, l’auteur place le récit au centre de la machination dont sont victimes notre protagoniste et ses amis face à un collectif d’humains superstitieux mais ô combien influents auprès de la population de l’île.
La traque, sans relâche, nous mènera à nous cacher dans bien des endroits incongrus, cherchant à fuir la violence et la haine humaine, bravant les dangers pour sauver un compatriote, survivre face à la trahison de ceux que l’on croyait nos amis, et voir partir parfois de braves compagnons…

La morale est transposable à l’homme, et c’est un de ses points forts.
Les multiples niveaux de compréhension permettent à chaque lecteur d’y trouver son compte, et d’en retirer une réflexion personnelle.
Bien sûr il n’est pas à conseiller aux plus jeunes, certaines scènes sont d’une cruauté intense, mais plutôt à réserver à une population de jeunes adultes/ adultes.

J’ai apprécié le parallélisme subtil avec l’holocauste, les croyances faciles du petit peuple, les discours de politiciens qui stigmatisent une minorité. La demande d’aide des chats noirs aux autres qui ne veulent rien savoir parce que pas visés alors qu’ils ne semblent pas plus à l’abri des drames, la main tendue du noir au blanc, le riche aristocrate qui doit manger des détritus pour survivre, la coulée du bateau ou encore lorsque les héros noirs sont acclamés, autant de symboles qui portent la réflexion au-delà du simple dépaysement proposé par le récit.

Je crois que vous l’aurez compris, ce livre je l’ai adoré, je mis suis plongée, j’ai vécu sur les toits, j’ai eu peur, bref … j’ai été un chat 🙂

Je vous le recommande vivement !

Les envies du mercredi #6

Bonjour !

Une bien pauvre wishlist cette semaine, je n’ai toujours pas résorbé mon retard de lecture donc fatalement, je ne me suis pas trop promenée en librairie et sur le net pour voir quelles nouvelles oeuvres me feraient envie…

J’ai cependant épinglé un titre, qui pour moi sort de l’ordinaire :

Image

 

Les mots, ca m’est égal, de Mélanie Cuvelier.

Pourquoi ce choix?

   Pas du tout une nouveauté, puisque sorti en 2007, ce roman classé jeunesse est pourtant indémodable.
Il relate l’histoire d’une jeune fille qu’on interne suite à une tentative de suicide. Un premier roman, écrit la plupart du temps à la première personne, qui nous emmène dans l’univers très fermé des hôpitaux psychiatriques, détaillant d’un autre point de vue ces personnes que l’on considère du coin de l’œil, ces fous …

Petit article qui touche déjà à sa fin, mais je préfère un petit article avec de vrais coups de cœur, même peu nombreux, plutôt qu’écrire pour remplir, sans vrai fondement.

Bonne semaine !

Les envies du mercredi #2

Bonjour !

Cette semaine, une sélection un peu moins étoffée que la dernière.. Eh oui, on ne peut pas découvrir des tas de pépites toutes les semaines, et puis j’avoue aussi que j’ai eu très peu de temps pour fureter parmis les nouveautés sorties …

Voici donc les livres qui me font envie cette semaine :

Image

 

Du temps de cerveau disponible – E. Urien & M. Causse.

Pourquoi ce choix?

   L’idée que l’on puisse utiliser le cerveau humain pour le transformer en gigantesque boîte aux lettres pleine de publicité, lui implanter directement dans le cerveau les lignes directrices de sa conduite, inconsciemment orienter ses achats, ses envies, le rendre dépendant … Fiction ? Anticipation ?
Juste parce que j’aime de temps en temps me rappeler la réalité du monde, et le danger de ses dérives.

Image

 

Sans télé, on ressent davantage le froid. – T.Lecocq.

Pourquoi ce choix?

   Le titre, déjà, qui intrigue … La présentation, fraîche, légère. Présage un bon moment de détente.
Lecture teintée d’humour en vue !

Image

Premier appel du Paradis. – M. Albom.

Pourquoi ce choix?

     Un village des Etats-Unis. Des appels mystérieux sont reçus par les habitants. Une rumeur court … Ils viendraient de l’au-delà ? De l’art de la communication avec les personnes décédées, de la croyance ….
J’avais récemment découvert Mitch Albom grâce au Passeur du Temps, dont j’avais fait la chronique là-bas, c’est dont en toute confiance et avec une pointe d’impatience que je lirai, une fois acheté, Premier appel du Paradis …

Image

Coeur de Pierre. – S. Gauthier.

Pourquoi ce choix?

Le résumé me rappelle les magnifiques histoires de Mathias Malzieu dont la célèbre Mécanique du Coeur a été mise en mouvement et adaptée au cinéma l’hiver dernier.
Note pour moi même : penser à voir ce film ! (la bande annonce ici)

Le jour où la petite fille au cœur d’artichaut rencontre le garçon au cœur de pierre, elle tombe éperdument amoureuse de lui. Dès lors, elle lui offre chaque jour une feuille de son cœur que chaque jour celui-ci rejette plus méchamment. Le cœur de la petite fille se rétrécit et bientôt elle perd sa joie de vivre. Visiblement, le garçon au cœur de pierre ne semble pas du tout prêt à se laisser aimer…

Voilà pour cette semaine 🙂

Et vous ? De quelles lectures avez-vous envie ce mercredi ?