Impressions lointaines, Elodie Agnesotti

impress

Voilà un moment que j’avais discuté avec Elodie Agnesotti, et qu’elle m’avait fait parvenir son livre sobrement libellé sous « poésie & photographie ».
En belle position dans ma bibliothèque, j’avais pourtant dû plusieurs fois repousser ma lecture, bien que la couverture amenant au voyage ainsi que le titre « impressions lointaines » m’intrigue.
Je souhaitais réserver à Impressions Lointaines un accueil et une attention digne d’un recueil de poésies.

Ce soir, il est venu à moi.

Au coin de flammes

Étrangères

J’ai assis mon silence

Et ma condescendance

Posé

La civilisation

Qui me sciait le dos

J’avais décidé de voyager avec lui, et j’ai savouré ce départ … pour les mots …

Je pourrais choisir de disserter sur les multiples possibles et contradictions de ces deux mots « impressions lointaines » mais sa signification s’impose à moi : les paysages m’ont fait voyager, avec leur auteure, puisqu’elle a elle-même réalisé chacun des magnifiques clichés du recueil.
A plusieurs reprises j’ai relu ces mots qui composent son histoire, je les ai scandés, pour mieux m’en imprégner, j’ai glissé le long des steppes, j’ai médité, senti le souffle du vent qui l’a portée, j’ai partagé ses intimes fragments de cœur qu’elle a semé au fil des poèmes qui peuplent les feuillets.

Une fois le livre refermé, j’ai dû prendre un moment pour reprendre le cycle trop rapide de la vie.
Ou étais-ce un moment de partage ? De recueillement ?
Un sentiment de sérénité et de calme m’avait envahi c’est évident, je revenais d’ailleurs …

Merci pour ce partage, pour ces vues, pour ces mots que vous maniez si bien, Elodie.
J’espère et vous souhaite sincèrement qu’au détour d’un chemin, le succès et la découverte d’Impressions Lointaines vous mènent au bout de vos rêves …

Impressions lointaines

ISBN 978-2-9550373-0-0

Publicités

Petites réceptions nocturnes

Voilà 2 belles surprises qui m’attendaient dans la boite aux lettres ce soir !

Après une journée difficile et un examen, ces deux livres sont la note positive de la journée.

Impressions Lointaines de Elodie Agnesotti

B3eVIfBIMAAIX7-

Des steppes mongoles jusqu’aux sommets de Chine, Impressions Lointaines nous invite à découvrir toutes sortes d’ailleurs. Ceux visités par l’auteur et ceux à l’intérieur, tout aussi grands et uniques.

Elodie Agnesotti s’approprie les paysages du monde pour nous livrer une cartographie poétique de ses questionnements intérieurs.

C’est ainsi que, dans ce recueil, la poésie des yeux rencontre les images du cœur, dans un voyage qui ne s’achève jamais vraiment.

L’histoire de cette auteure à cela de particulier qu’elle est à l’origine des photos prises dans ce recueil de poésie et de photographies. C’est elle également qui en a écrit les poèmes et elle est auto-éditée.
Je peux déjà sans me tromper dire que ce roman est la consécration d’un souhait, d’un rêve et peut-être aussi, qu’elle a concrétisé de A à Z.
Invitation au voyage, ce livre a donc traversé la frontière pour arriver jusque chez moi…

[à suivre…]

Deuxième surprise fut cet envoi des éditions d’Ores et Déjà avec le premier roman de Vincent Guédon :

Ce qu’on attends de moi …

B3eYYD8CcAA7jql

Synopsis : un homme fait le récit d’une prise d’otage. Il ne s’agit pas d’une banque, c’est une agence pour l’emploi. Un matin, armé d’une fausse arme, il entre dans l’agence et prend en otage ses employés, son directeur. Que veut-il? De l’argent? Du travail? Non. Il veut prendre la parole …

Entre dramaturgie et fait divers, l’écrivain s’empare du réel, de l’accident de parcours et de la chute, et lentement, érige l’effondrement.

Ce partenariat est aussi intéressant qu’intriguant, j’ai hâte de découvrir la plume de ce nouvel auteur, déjà collaborateur du journal L’impossible.

[à suivre …]

Le mystère du pont Gustave-Flaubert, Pierre Thiry

flaubert

 

Merci à Pierre Thiry pour sa confiance, et pour sa proposition de lecture et de chronique. Sachez que j’ai apprécié nos échanges et particulièrement souri devant votre dédicace 😉

Le mystère du Pont Gustave Flaubert est paru aux éditions Books On Demand et est un « essai de roman » comme le qualifie son auteur.

Originaire de Rouen et grand amateur de musique et de l’illustre Flaubert, c’est donc naturellement qu’il en a fait un sujet d’écriture de choix.
La photographie semble également faire partie de ses passions, à en voir la qualité de la couverture de cet ouvrage dont il est l’auteur.

Riche en recherches, tant du point de vue historique que littéraire, Le mystère du Pont Gustave Flaubert est truffé de passages et références au père de Madame Bovary. Moins accessible à qui ne connaît pas Flaubert en profondeur, j’imagine aisément qu’il devient particulièrement plaisant à qui maîtrise le sujet. A n’en pas douter, Pierre Thiry sait manier les mots quand il s’agit de mêler sa plume à celle de son héros littéraire.

J’ai abordé cet ouvrage après une lecture difficile, et je dois dire qu’à peine les yeux posés sur les premières lignes, je me suis sentie apaisée et emportée à la fois. Les mots sont admirablement bienveillants, on sent qu’ils ont été choisi consciencieusement et presque amoureusement.
Une vraie qualité littéraire très appréciable. Il y a également une très grande maîtrise du plan d’écriture car plusieurs histoires ou personnages s’entremêlent et que Pierre Thiry arrive toujours à recentrer le lecteur juste avant de le perdre, lui laissant la joie de s’égarer dans sa lecture sans jamais en perdre le fil.

J’ai eu un peu de mal à apprécier l’ouvrage à sa juste valeur car je ne connaissais pas Flaubert. Je crains de ce fait d’être passée à coté de certaines subtilités qui auraient mérité plus d’égard. Mais je suis certaine que c’est un coffre au trésor pour qui connaît un peu plus ses classiques que moi !

Il faut souligner également que pour les néophytes ou pour les pointus de la référence, de nombreuses notes de bas de page permettent de faire le lien avec les œuvres originales.

Errances Parisiennes, Collectif d’auteurs

errancesEn ouvrant Errances Parisiennes, vous plongerez non seulement dans un excellent moment de lecture, mais vous prendrez également le train du souvenir, de la découverte du passé, des arts sous différentes formes. Vous vous promènerez dans l’univers onirique de cinq auteurs de talent, tous passionnés de Paris et des merveilles que la Ville Lumière offre à qui sait les prendre.

Ce recueil de nouvelles  aborde avec beaucoup d’originalité le thème de l’art, sous ses multiples formes.
Au travers des figures légendaires du vieux Paris, chaque histoire nous fait connaître une facette artistique et la naissance de sa notoriété.
La mise en situation est très bien réalisée, ce qui n’est pas toujours évident sur une petite quantité de pages. J’ai voyagé dans le temps et dans Paris, j’ai ressenti les dangers des petits protégés de Camélia, je me suis prise d’amitié pour elle, j’ai découvert Doisneau et ses photographies magnifiques, et je dois dire que l’idée de la mise en scène de l’appareil photo est très originale et inattendue.

32,autoportrait-Rolleiflex2

Je suis sortie heureuse et légère de cette lecture, que je vous recommande vivement, même si vous n’êtes pas friands de nouvelles.

Merci à Edilivre pour m’avoir permis cette découverte, et pour sa confiance.