Entrez dans la danse, Jean Teulé

9782260030119ORI

 

J’avais découvert (et adoré) Jean Teulé par l’entremise de Charly 9, une lecture imposée de mon cours de littérature. Forte de cet entrain, je m’étais ensuite cassé les dents sur Eloïse, Ouille! Non pas que je fus prude mais l’humour et la dérision que j’y avais trouvé n’avait pas suffi à me faire passer outre le coté répétitif et creux de ce texte.

Avec Entrez dans la danse, Teulé revient titiller l’Histoire en développant un fait divers, une étrange épidémie qui précéda d’un demi-siècle la tristement célèbre Saint Barthélémy.

Huit lignes en quatrième de couverture, c’est peu pour se faire une idée de la teneur d’un roman, et c’est à la fois assez pour avoir envie d’ouvrir le livre et de commencer à lire.

Quelques phrases suffiront à me plonger dans le décor. Jean Teulé n’a pas son pareil pour dépeindre l’ambiance glauque et âcre qui règne à la sortie du Moyen Âge. Me voici propulsée au coeur du paysage alsacien, où j’assiste, médusée, à un infanticide. Rien que cela. Une jeune mère, ne pouvant plus subvenir aux besoins de son nouveau-né, choisit de le jeter à la rivière avant de s’en retourner auprès de son mari. Quelques minutes plus tard, elle est prise d’une irrépressible danse. Le mal est là. Elle ne peut s’empêcher de se mouvoir. Cette danse contamine et attire un a un les gens du village …

Famine, épidémies, anthropophagie, … C’est sur ces thèmes que s’ouvre le dernier né de la plume Teulé. Bref, concis, dénué de sentimentalisme, c’est une société acculée à la folie qui est ici décrite, sous les yeux ébahis des bourgeois qui ne voient comme raison à tout cela que sorcellerie.

J’ai aimé l’écriture, j’ai aimé être bousculée par la violence de certaines scènes, amenées brutes, parce que dans l’horreur on ne peut pas toujours mettre de gant. 
Evidemment, il y a quelques anachronismes ou fantaisies de langage, c’est même ce qui fait le succès de l’auteur. A ses détracteurs j’ai envie de dire que si l’on devait vraiment rester dans la chronologie de l’Histoire, il nous faudrait la lire en vieux français, bonne chance 🙂

« L’autre connasse arrogante qui tout à l’heure dédaignait tout le monde fait moins sa maligne dorénavant en tortillant ses miches comme une dingue et montrant son cul à tous. »

J’ai également apprécié la vision que Jean Teulé apporte sur la société de cette époque. En effet, si le maire de la ville ou le clergé met tout en oeuvre pour résoudre l’énigme liée à l’épidémie qui touche sa population, ce n’est pas pour les mêmes raisons ! Réputation, honneur, argent, sont au centre des préoccupations de ces maîtres décideurs.

« Tu as dansé. Ceci te sera défalqué de ta portion de Paradis »
L’incriminé répond :  » Ah, l’Enfer est ici. L’autre me fait moins peur « 

Par contre, j’ai trouvé que la seconde partie s’étirait en longueur. J’ai eu beaucoup de mal à rester concentrée et j’ai souvent lu en diagonale, sans pour autant perdre en détail utile. Ce livre aurait vraiment gagné en qualité s’il avait été adapté au format nouvelle plutôt qu’allongé pour arriver aux 140 pages. Cela me laisse au final avec un sentiment de déception alors que le début était prometteur.

Entrez dans la danse est édité chez Julliard.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur la transe collective qui secoua Strasbourg, je vous renvoie au livre de John Waller : Les danseurs fous de Strasbourg. C’est LA référence sur le sujet.

Et pour les plus pressés, un article du journal Le Monde de 2014 qui reprend dans les grandes lignes ce que Teulé nous amène en roman.

 

 

 

 

Publicités

5 commentaires sur “Entrez dans la danse, Jean Teulé

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Serial Readeuz

    Encore un retour de lecture bien sympa.

    Ce livre que je ne connais pas semble assez sombre. J’ai entendu parler de cette étonnante transe collective où les personnes semblent possédées. Une frénésie qui rappelle des scènes de Jérôme Bosch

    Amicalement

    Aimé par 1 personne

    1. Avec Jean Teulé les mots ne sont jamais enrobés dans la douceur 😉

      Je vous renvoie à l’ouvrage de John Waller, Les danseurs fous de Strasbourg. Une référence en la matière.

      Il y a un article très intéressant qui le présente ici :

      http://journals.openedition.org/chrhc/5820

      Je pense que je vais mettre à jour l’article d’ailleurs pour en faire profiter le plus grand nombre.

      Concernant Jérôme Bosch, j’ai en effet retrouvé plusieurs scènes similaires dans l’excellent « tryptiques ».

      Bonne journée

      J'aime

  2. Un bien joli blog où on s’y sent bien… bravo SerialReadeuz 🙂
    J’aime beaucoup ta façon de nous présenter tes feed-back concernant tes lectures ; celle-ci ne m’aurait pas tenté de prime abord mais tu m’as donné envie de découvrir cet auteur qui a l’air d’avoir une bonne plume 😉

    J'aime

    1. Merci pour ce compliment. Cela me touche beaucoup. J essaye en effet d aborder les choses avec mes ressentis et je suis contente que cela puisse profiter a d autres. J espère que tu prendras plaisir avec ta lecture et de partager tes impressions. Plutot charly9 ou entrez dans la danse ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :